Le trio de Manuel Hermia, excellent multi-saxophoniste/flûtiste, qui passe avec aisance d'une veine postcoltranienne à des athmosphères plus éthérées, flanqué en guise de gardes du corps de deux tueurs à gages, l'un à la basse ( Manolo Cabras, retenez ce nom je vous prie ) , l'autre à la batterie ( Joao Lobo - loup en portuguesh, et si l'homme est un loup pour l'homme, Lobo est un loup/renard/tigre/panthère/guépard pour la batterie, et de tout évidence la petite dame pleine de fûts et de cymbales adore ça....

Jazz MAGAZINE.COM
Thierry Quénum